Violence dans les bus : les chauffeurs veulent des mesures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Violence dans les bus : les chauffeurs veulent des mesures

Message par Jonathan06 le Jeu 26 Mar 2009 - 5:38

Nice-Matin a écrit:Violence dans les bus : les chauffeurs veulent des mesures


C'est à cet arrêt de bus, devant le collège Carnot, qu'a eu lieu mardi l'incident ayant entraîné l'arrêt de travail des chauffeurs.

Agressions. Ces jours-ci, des problèmes à répétition ont affecté le réseau Sillages. Les conducteurs ont usé de leur droit de retrait et réclament des solutions rapides Sale temps sur VTU ! Ces jours derniers, une série d'événements a marqué les esprits parmi les chauffeurs de bus qui assurent les liaisons sur le réseau Sillages. Jets de pierres et crachats sur la Farandole à hauteur du boulevard Carnot, tentative d'incendie dans une navette en gare routière, bordées d'injures à l'adresse des conducteurs et, cerise sur le gâteau, grave incident avant-hier, vers 16 heures, à l'arrêt Bellaud.

Oualid Klai, délégué CGT du personnel, explique : « Le chauffeur ne pouvait pas prendre la quarantaine de collégiens qui attendait le bus à cet endroit. Aussitôt, son véhicule s'est trouvé entravé par une trentaine d'entre eux qui ont fait monter la pression à coups de pieds et d'insultes. Certains ont même dépressurisé la porte, heureusement sans parvenir à entrer. »

Cet épisode de violence est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. « Le chauffeur, poursuit Oualid Klai, était très affecté mais il a quand même bien réagi. Il aurait pu accélérer et renverser un jeune. Cette agression en tout cas a motivé l'exercice immédiat du droit de retrait par les conducteurs. » Un arrêt de travail qui s'est prolongé jusqu'à hier. Et qui pourrait bien se renouveler si, d'aventure, l'autorité organisatrice Sillages et le transporteur Veolia Transport urbain n'apportaient pas de solutions à ce problème.

Une brigade motorisée d'intervention

Dans la lettre qu'il a adressée au directeur de VTU Grasse, Bernard Vaqué, Bernard Martin, lui aussi délégué du personnel, relève que « les moyens de lutte contre ces incivilités permanentes assimilables la plupart du temps à des agressions, tardent à se mettre en route. » Et les syndicalistes d'exiger des « outils à ce jour inexistants. »

On fait observer à Oualid Klai qu'une charte qualité-sécurité a récemment été signée par Sillages et VTU (notre édition du 25 janvier). « Ça, dit-il, c'est du pipeau ! D'ailleurs, on a boycotté et on a constaté que ça n'a jamais marché. Une société effectivement a mené une enquête. On a constitué des groupes de travail qui nous ont permis d'exprimer nos problèmes. Mais ensuite, l'élaboration de cette charte s'est faite sans nous. C'est pour cela que nous ne l'avons pas signée. Ce que l'on demande, ce sont des choses concrètes. L'instauration par exemple de brigades mobiles d'intervention, comme à Nice, susceptibles d'arriver très vite sur les lieux d'une agression. Il est anormal que dans une petite ville comme Grasse, les chauffeurs ne disposent pas d'un signal d'alerte, pas normal qu'il n'y ait sur le réseau que deux contrôleurs (ndlr, en fait 4 qui se relaient sur le terrain) pour 400 services. »

Le syndicat CGT soutient ne pas vouloir prendre les gens en otages par le biais de manifestations ou de grèves. D'ailleurs, Bernard Martin conclut son courrier à la direction par des mots chargés d'attente et de bonne volonté : « Faites de VTU Grasse la vitrine de ce qui doit se faire de mieux dans le département. Nous sommes prêts à collaborer pour relever ce défi. Acceptez que nous fassions notre métier dans les meilleures conditions possibles. »

Jonathan06
Abonnement année + spécial aéroport + P+R illimité

Masculin Nombre de messages : 1153
Age : 23
Localisation : Nice
Date d'inscription : 11/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum